" sémiographie n.f :        
               
  Notation par signes.            
      Sémiographie musicale
terme de musique
dictionnaire de musique, Soulier, 1880.
nom féminin
La sémiologie musicale n’est autre chose que la description des signes et des figures dont on se sert dans la notation de la musique, tels que les notes, les clefs, les chiffres de la mesure, les silences, etc.
       
               
  Sémiographie
( Cartographie )
Nom féminin singulier :
Mode de symbolisation
des informations
     
Séméiographie ou Sémiographie
terme de musique
Séméiographie ou Sémiographie
nom féminin
dictionnaire de musique, Rougnon, 1935.
Notation musicale au moyen de signes particuliers, tels que les notes, les silences, les clefs, etc. (dérive du grec : séméion, signe, et graphein, écrire).
   
      science du graveur, art de représenter la musique par des caractères graphiques.        
  SÉMIOGRAPHIE, subst. fém.
SÉMIOGRAPHIE., substantif
Étymol. et Hist.
a) 1832 (Raymond: Sémiographie. L'art, la science d'écrire en chiffres aussi vite que la parole... Une sémiographie. Description des principes ou éléments de cet art);
b) spéc. 1867 « système de notation musicale » (A. Méreaux, Moniteur universel, 18 juin, p. 760, 3ecol. ds Littré);
c) 1975 cartogr. (Lar. encyclop. Suppl.). a dér. à l'aide du suff. -ie* de sémiographe « écrivain en chiffres, qui écrit aussi vite que la parole » (Raymond 1832) empr. au gr. σ η μ ε ι ο γ ρ α ? φ ο ς « qui écrit en termes convenus, sténographe » (de σ η μ ε ι ? ο ν « signe » et γ ρ α ? φ ω « j'écris »); pour b et c, v. élém. semio- (s.v. sémiotique) et -graphie (graphe* et -ie*).
       
               
 
Notation et description par des signes d'un système cohérent quelconque (Polieri,1971).
           
           
    (Dictionnaire de l'Académie française)

Sémiographie : s.f. L'art, la science d'écrire en chiffres aussi vite que la parole -- Traité, ouvrage de sémiographie.....
Sémiographie : s.f (didact.) Science qui apprend à connaître la valeur des signes des maladies. Voy. Séméiographie au Dict. (complément du dictionnaire de l'académie française, sixième édition)
       
               
               
               
               
        (Depuis 1650, la notation musicale avait subi des transformations qui l'avaient amenée à la sémiographie moderne ;
on avait renoncé aux anciens caractères ; la gravure avait remplacé l'impression
de A. MÉREAUX dans Moniteur universel, 18 juin 1867, p. 760, 3e col.)
   
               
      La bibliothèque de Paris possède plusieurs spécimens de l'art sémiographique des Grecs.
(Journal officiel 3 janv. 1875, page 30, 3e colonne)
   
  Voir les citations du mot Sémiographie
Signification du mot Sémiographie
           
               
      (Dictionnaire de l'Académie française)

Sémiographie : s.f. L'art, la science d'écrire en chiffres aussi vite que la parole -- Traité, ouvrage de sémiographie.....
Sémiographie : s.f (didact.) Science qui apprend à connaître la valeur des signes des maladies. Voy. Séméiographie au Dict. (complément du dictionnaire de l'académie française, sixième édition)
       
               
  (Littré)
Sémiographie
Nature : s. f.
Prononciation : sé-mi-o-gra-fie
Etymologie : Du grec, signe, et, écrire.
           
       

SÉMIOGRAPHIE, subst. fém.
SÉMIOGRAPHIE., substantif
A. − Vx. Notation par signes employée pour la notation musicale, pour la sténographie... (Dict. xixe et xxe s.).
B. − CARTOGR. Transcription des informations cartographiques par un système de signes convenus (Dict. xixe et xxe s.).
     
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               
               




-----------------------------------------------

... spectaculaire, ce qu'on pourrait appeler, ... terme ancien, ...signe, dans « son sens initial » toute « notation et description par des signes d'un ...quelconque.dimension significative d'un système graphique....créer du sens par un tracé...métamorphose des écritures...sens à partir du texte...écriture du signe....

------------------------------------------------------

-------------------------------

--------------------

---------------

----------------------------------------------------

sémiographique
Qui a rapport à la sémiographie.

-------------------------
-------------------------

1) Le principe sémiographique :

Un fonctionnement très simple de l’écrit repose sur des pictogrammes, dessins simplifiés de la réalité, donc facilement compréhensibles par ceux qui partagent le même vécu. Le message n’est en aucun cas lié à une langue donnée, puisque la composante graphique (le signifiant) renvoie directement, sans qu’il soit besoin d’oralisation ou d’évocation mentale d’une langue, à une composante significative (le signifié). Ainsi, dans un moyen de transport (trains, navettes des aéroports par exemple), le dessin d’une valise désigne le compartiment à bagages.

 

Pour que ce système d’écrit soit efficace, deux critères doivent être à l’œuvre, l’économie et l’efficacité :

- économie dans l’encodage, d’où l’intérêt du dessin stylisé, facile à réaliser ;

- efficacité dans le décodage, d’où la nécessité de références culturelles communes.

Les pictogrammes désignant les toilettes dans les lieux publics sont révélateurs à cet égard.



La production graphique y est très simplifiée par rapport à la réalité, mais néanmoins efficace dans toutes les civilisations où ce sont habituellement les femmes qui portent la robe.

 

2) L’usage des pictogrammes dans le monde actuel :

Les exemples déjà cités montrent que l’usage de pictogrammes n’est pas une pratique périmée dans le monde actuel. On en trouve le plus souvent l’emploi

- dans des conditions telles que la saisie globale du message sous une forme synthétique est préférable à un écrit demandant plus d’espace et de temps pour être compris ;

- quand les frontières linguistiques doivent être abolies.

C’est le cas, en particulier, de ce qui concerne les déplacements : le code de la route ou les pictogrammes visibles dans les trains ou dans les avions. Un panneau du code de la route doit en effet être compris très rapidement et par tous les usagers potentiels.

 

Cependant, on constate que ces panneaux ne se contentent pas toujours du principe du pictogramme. Si certains sont bien une représentation simplifiée de la réalité, par exemple le panneau signifiant " Dos d’âne ", d’autres délivrent leur message sous une forme tout à fait conventionnelle : c’est ainsi que le point d’exclamation signifie " Danger ". La codification, s’étend également à l’emploi de couleurs significatives (rouge = interdiction, bleue = fin d’interdiction) ou de formes.



 

L’écrit pictographique permet donc une diffusion très large d’informations sous une forme rapide et supralinguistique. Il est d’autant plus efficace que le sens du message se double d’un codage conventionnel, codage à valeur sémiologique également, mais arbitraire, puisqu’il n’est aucunement lié à la réalité.

 

3) Les limites d’un système pictogrammique :

Outre que l’usage de ce procédé s’est essentiellement limité à une communication à sens unique dans les sociétés actuelles, certains inconvénients tiennent à la nature même de ce type d’écrit :

- tout d’abord, c’est un procédé extrêmement coûteux dans la mesure où chaque signifiant doit avoir un signifié. Il y a donc un risque inflationniste évident ;

- ensuite, c’est un procédé rigide, où les nuances n’ont pas de place et où la " syntaxe " est limitée - même s’il est vrai que l’on peut trouver par exemple l’expression de la négation (une cigarette barrée signifie " ne pas fumer ") ou de la coordination (les toilettes mixtes peuvent être signalées par la juxtaposition des deux panneaux : toilettes hommes et toilettes femmes) ;

- enfin, c’est un procédé limité à des besoins d’expression et de communication simples. Même dans le domaine concret, la complexité ne peut s’exprimer. Que dire alors de tout ce qui est abstrait ?

 

Ces limites expliquent la nécessité de recourir à d’autres systèmes d’écrit.

L’écriture sémiographique (ou idéographique) met en évidence un fonctionnement totalement différent de la langue écrite par rapport à la langue orale : chaque signe correspond à une unité de sens ; les graphèmes, qu’ils se lisent ou non, apportent des informations de sens. Les homophones sont alors transcrits différemment et les combinaisons de signes associent, culturellement ou intellectuellement, des signifiés (concepts) et non des signifiants (suites sonores). Ecriture peu économique, puisqu’elle nécessite des milliers de signes, mais très performante pour la prise de sens en lecture, elle permet en outre de régler efficacement le problème de l’homophonie. L’exemple du chinois classique est sur ce point très éclairant.

D’après Annick MAUFFREY, Didactique du français, 3. Lire, écrire, Delagrave, 1990.

--------------------------

Titre du document / Document title
Orthographe française : étymologie et sémiographie au XVIIe siècle = French spelling in the seventeenth century : the competing pressures of etymology and semiography
Auteur(s) / Author(s)
PELLAT Jean-Christophe (1) ;
Affiliation(s) du ou des auteurs / Author(s) Affiliation(s)
(1) Université Marc Bloch, Strasbourg, FRANCE
Résumé :

La dimension morphologique de l'orthographe française explique les valeurs de nombreux graphèmes. Dans l'histoire de l'orthographe française, marquée à partir du XVIe siècle par la concurrence entre deux traditions, "l'orthographe ancienne" et "l'orthographe moderne", la dimension sémiographique (les graphèmes renvoient à des unités de sens) prend une importance croissante et s'articule avec le principe étymologique. Au XVIIe siècle, celui-ci est souvent exploité à des fins sémiographiques, notamment dans le domaine morphologique : relations masculin / féminin, mot de base / dérivé(s), et usage des consonnes doubles. On aboutit ainsi à une régularisation partielle et incomplète de la morphologie dérivationnelle qui, dans certains cas, se libère de la contrainte étymologique.

------------------

... l'infra-discours d'une population pour en  ... et pour en mesurer la force d'inertie comme les dynamismes innovateurs. Nous n'entrerons pas ici dans la description de l'utilisation technique de la .... Nous nous contenterons, dans une .... par un exemple; dans la seconde partie, nous .... de l'analyse du profil de ... est une technique de description du sens et de sa construction; elle permet, entre autres, de tracer des « cartes » de ... cette fin, nous obtenons des ... partie de cet article. Nous regroupons ensuite en champs .... relativement vastes et nous en ... les configurations dynamiques sous forme de ... probabilistes. Les chemins reliant nos ... sont comparables aux trajets qu'emprunte chacun au cours de ....  habituels dans un espace physique...

---------------


(Pierre Maranda)
Pierre Maranda est aussi l’inventeur de la sémiographie, une méthode utilisée pour décrire les vecteurs de la pensée et de l’imaginaire à partir d’échantillons.
Pierre Maranda :
Résumé

La sémiographie est une technique de description du sens et de sa construction; elle permet, entre autres, de tracer des « cartes » de « géographie mentale ». Au moyen de protocoles d'enquête conçus à cette fin, nous obtenons des données de type sémantique, illustrées dans la première partie de cet article. Nous regroupons ensuite en champs sémantiques ces données en provenance d'échantillons relativement vastes et nous en représentons les configurations dynamiques sous forme de réseaux probabilistes (deuxième partie). Les chemins reliant nos stéréotypes sont comparables aux trajets qu'emprunte chacun au cours de déplacements habituels dans un espace physique, d'où l'appellation « cartographie sémantique ». Il s'agit ici de l'espace sémantique de la Québécoise.
------------------------------------------------------------------------------
Dans tous les cas, la représentation de signes graphiques – ou sémiographie – repose sur des processus qui vont de la réanalyse d’unités phonographiques à la prise en compte de procédés plus spécifiques.... (Jean-Pierre Jaffré)...((Objectif : confronter les points de vue de linguistes et de psycholinguistes menant des travaux sur la se?miographie, domaine qui de?signe les marques graphiques propres au lexique et a? la gram maire, dans des langues et des e?critures diffe?rentes.))

Jaffré : (érudit.org) :

La mécanique phonographique dont nous venons de parler n’est pas une fin en elle-même. Elle sert à construire des unités supérieures, significatives, qui les englobent et parfois, compte tenu des aléas de l’histoire, les absorbent. Les orthographes sont ainsi pleines de graphies qui notèrent des sons désormais disparus ou qui furent d’emblée dépourvues de toute fonction phonographique. Pour désigner l’ensemble de ces phénomènes situés au plan de la première articulation du langage (lexèmes, morphèmes, etc.), nous parlerons de sémiographie (Jaffré, 2000). Et pour synthétiser les conclusions les plus récentes de la linguistique de l’écrit, nous dirons que la phonographie et la sémiographie sont les deux conditions nécessaires de l’écriture, et cela sans préjuger de leur influence respective dans les écritures.

19
La sémiographie peut apparaître comme une « réanalyse » pure et simple de la phonographie et, dans ce cas, les deux fonctionnements sont solidaires. On peut ainsi former le pluriel des noms en ajoutant un élément (une désinence) à un radical, en anglais (« dog » / « dogs »), en espagnol (« hombre » / « hombres »), en allemand (« Frau » / « Frauen ») ou bien en faisant alterner deux désinences, comme en italien (« dona » / « done ») ou en allemand (« Bruder » / « Brüder »). Dans tous les cas, le mot obtenu équivaut à une séquence de phonogrammes. Tel n’est pas le cas du français où l’adjonction de la lettre « s » n’a pas de véritable incidence phonographique (« homme » / « hommes »). Certains cas d’alternance, mieux informés, induisent eux-mêmes des spécificités graphiques (« cheval » / « chevaux »). La notion de transparence orthographique se heurte ici à une dimension nouvelle puisqu’elle doit compter avec des aspects sémiographiques. Cela dit, les écritures les plus transparentes n’échappent pas pour autant aux lois de la sémiographie : la seule présence de blancs graphiques entre des groupes de lettres suffit à reconfigurer l’écriture, à l’affranchir du seul déterminisme phonographique.

(...)

La notion linguistique de sémiographie trouve depuis quelques années un écho du côté de la psycholinguistique qui prend progressivement une certaine distance à l’égard du principe phonographique, sans le renier pour autant. Plus les travaux se multiplient et plus s’impose l’idée de la pluridimensionnalité des orthographes (Koda, 1995 ; Harris et Hatano, 1999).


------------------------------------------------------------------------------
("sémiotique en jeu" à partir et autour de l'œuvre d'A.J. Greimas)

" ... A.J. Greimas, le fondateur incontesté de l'école française de sémiotique. Il vaudrait mieux dire d'ailleurs le fondateur de "l'école de Paris". (...)
Contrairement à la sémiotique qui s'inspire des travaux du logicien et philosophe américain Peirce, l'Ecole de Paris accorde peu de crédit au "signe", à ses classifications et à sa combinatoire algébrique. Traiter de la "théorie des signes" lui paraît relever d'un projet anté-saussurien (un peu comme on dit antédiluvien).
Son projet est donc autre : il consiste à décrire les réseaux intégrateurs du signe et non le signe. L'Ecole de Paris soutient que c'est de sa position à l'intérieur d'un système de corrélations que le signe tire sa signification. Le signe n'est qu'un effet du système. Ou encore le signe, c'est l'apparaître, mais ses propriétés et ses fonctions sont réglées par le système qui lui est sous-jacent. Cet effort systématique suppose l'élaboration d'une grammaire (absente chez Peirce) avec ses opérateurs, sa morpho-syntaxe, sa sémantique.
Le Dictionnaire raisonné de la théorie du langage en donne l'idée la plus juste (A.J.Greimas et J. Courtés, Hachette Université, 1979). En bref, l'Ecole de Paris mise sur la dynamique contre le statique. D'où son intérêt pour une sémiotique de l'action ( et de l'interaction).


(...)

5. Sémiographie. La sémiographie sémiotique proprement dite deviendra un instrument indispensable (cf. Maranda, "Sémiogénèse de la représentation collective de l'Américain" ; Thérien,1981 ; Marcus, "Smile and suspicion").
6. Contribution de la sémiotique à la sémiographie informatique. La sémiographie informatique (champ consacré à la définition de l'efficacité des alphabets, signes et règles de représentation de langues de programmation) devra avoir recours à la sémiotique pour progresser.


--------------------------------------------------------------------
(Pierre Campion) On saisira mieux le sens de cette conversion formelle en faisant un rapide détour par les arts visuels. Deux modèles, deux pôles, sont en concurrence et se succèdent chez Barthes. Dans un premier temps, il valorise celui, sémiologique, du dessin automatique (ou « sémiographique »). L'artiste qui « sémiographie » (en l'occurrence André Masson) « détache la pulsion d'écriture de tout horizon de sens, de communication (de lisibilité). C'est ce que veut aussi le Texte ». Aussi, dans le dessin illisible constitué de signes qui ne sont ni des idéogrammes ni des lettres d'aucun alphabet, l'écriture accède-t-elle à sa vérité, qui n'est pas celle d'un message : « pour que l'écriture soit manifestée dans sa vérité (et non dans son instrumentalité), il faut, écrit Barthes, qu'elle soit illisible. » Radicalement in-signifiant, le dessin abstrait (mais tout aussi bien la peinture) « accomplit d'emblée l'utopie du Texte[11] ». Il est le Texte « inouï » que cherchent les avant-gardes littéraires, un texte qui tend à n'être plus que partition de mots et de phrases.
--------------------------------------------------------------------
Gaëtan Brulotte " l'univers de Jean Paul Lemieux " (introduction) :

2. Sémiographie -- .... A propos de la Scénographie d'un tableau de Jean-Louis Schefer, Barthes suggère que le tableau n'existe que dans le récit qu'on en donne ou la somme des lectures que l'on peut en faire, et n'est jamais que sa propre description plurielle. Le travail de lecture des peintures est d'abord cela : un travail d'écriture. L'espace de la toile est traversé par le texte, la pose devient prose : les signes picturaux sont dissociés de leur espace, déplacés sur la page, étalés en mots, redisposés en réseau par affinités profondes. Ce travail de lecture, de mise en mots et de réorganisation n'a rien à voir avec l'application d'une méthode ou d'un savoir extérieur, comme la sémiologie, à l'œuvre d'art. Il cherche plutôt à réduire la distance censurante qui sépare institutionnellement le tableau et le texte pour donner naissance à ce que l'on pourrait appeler une sémiographie généralisée. Barthes appelle des "sémiographies" les peintures elles-mêmes d'un artiste qu'il commente : Masson. Ici, on souhaiterait employer le mot dans un sens autre, pour définir le commentaire lui-même qui reconstruit ou réaménage en signes verbaux un espace regardé. Une sémiographie, c'est donc un texte de spectateur d'œuvre d'art et constitué à partir de signes repérés dans les tableaux. Le présent ouvrage est une sémiographie, et il se démarque d'une sémiologie dans la mesure où ce travail ne se veut pas de haute voltige technique.
La sémiographie se nourrit non seulement du récit qu'on peut donner des peintures, mais aussi, par exemple, du détail qui frappe, des corrélations obtenues en brisant l'isolement de chaque œuvre, des visions sollicitées par une focalisation rapprochée, du noyau de sens qu'on y repère, de la mise à jour de signes enfouis, de l'attention aux gestes subtils qui structurent l'espace et la relation à l'autre, des postures fictives qui silencieusement parlent, des fragments de picto-roman (comme on dit photo-roman) qui s'articulent d'œuvre en œuvre, du jeu des associations que l'artiste suscite avec les produits d'autres créateurs et de la moralité que contient le travail pictural.
"Vous avez dit : moralité?" Oui.
L'artiste, écrit Barthes, n'a pas de morale, mais il a une moralité. Dans son œuvre, il y a ces questions : que sont les autres pour moi? Comment dois-je les désirer? Comment dois-je me prêter à leur désir? Comment faut-il se tenir parmi eux? Énonçant chaque fois une "vision subtile du monde" (ainsi parle le Tao) , l'artiste compose ce qui est allégué (ou refusé) de sa culture et ce qui insiste de son propre corps : ce qui est évité, ce qui est évoqué, ce qui est répété, ou encore : interdit / désiré : voilà le paradigme qui, telles deux jambes, fait marcher l'artiste, en tant qu'il produit. (L'obvie et l'obtus, 159)
Dégager cette "vision subtile" et la mettre en mots, voilà en quoi pourrait se résumer l'objectif de la sémiographie. C'est dire qu'elle n'est pas qu'un simple dérivé de l'art : elle ne consiste pas à dire en mille mots ce qu'une toile condense fort bien en un trait. Elle est effort de compréhension de l'œuvre et d'interprétation, effort de déconstruction et de reconstruction des signes pour en montrer l'organisation profonde.

3. Méthode et compagnons de langage -- L'amateur, on ne le dira jamais assez, se méfie de la méthode comme préalable à la recherche. La méthode se définit à partir de l'œuvre elle-même et au fur et à mesure qu'on avance. Il n'y a pas une grille de départ qu'on appliquerait sur l'œuvre et à laquelle on la forcerait de se soumettre. Les peintures communiquent au percepteur, avant toute autre chose, leur protocole de lecture. Le tableau est sa propre théorie. Comme le croyait Nietzsche : "Ce n'est pas la théorie qui pense l'art, mais l'art qui englobe la théorie." C'est l'œuvre elle-même qui dicte la sémiographie, c'est-à-dire qui signale les directions à suivre par l'écriture, pointe les avenues et les ruelles, attire le regard ici plutôt que là, bref qui commande les registres du commentaire, l'angle d'attaque, le détail à faire ressortir, le style adopté, la méthode employée.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(Martin Riegel / Jean cristophe Pellat / René Rioul : Grammaire méthodique du français)

Le principe sémiographique : les signes écrits réfèrent au sens, et non au(x) son(s). Les graphèmes opèrent un renvoi global a des aspects grammaticaux ou sémantiques des mots, sans nécessairement correspondre à des phonèmes (ce que soulignent les théories modernes de la lecture). C'est la fonction des lettres muettes. Dans le cas des homophones, par exemple, les lettres muettes jouent un rôle distinctif ; en opposant graphiquement des mots différents, elles permettent de sélectionner le sens approprié : ainsi, le mot vert sera distingué par l'orthographe ver, vers, verre et vair. Le principe sémiographique assure également l'unité des familles de mots (p de temps prononcé dans temporaire, -d de tard prononcé dans tarder, tardif) et l'homogénéité des marques grammaticales (-s du pluriel, toujours écrit, est prononcé [z] en liaison seulement, comme dans les grands enfants).

La sémiographie récupère aussi à ses fins la phonographie : les lettres a et m du mot faim ...

Remarques.-1. La sémiographie se définit comme la représentation graphique des signes linguistiques (mots, morphèmes). On préfère aujourd'hui le terme de sémiographie au terme d'idéographie inventé par Champollion pour expliquer les signes-mots (idéogrammes) de l'égyptien, qui renvoient directement et globalement au sens. Paul Claudel a joué de ce principe en faisant des descriptions de mots vus en images : Locomotive. Un véritable dessin pour les enfants. La longueur du mot d'abord est l'image de celle de l'animal. L est la fumée, o les roues et la chaudière, m les pistons, t le témoin de la vitesse, comme dans auto à la manière d'un poteau télégraphique, ou encore la bielle, v est le levier, i le sifflet, e la boucle d'accrochage, et le souligné est le rail ! (Idéogrammmes occidentaux)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DIVERS :

En quoi la différence des supports et leur interconnexion affectent-elles le français parlé ? Dans quelle mesure peut-on parler d’un « brouillage » des frontières entre oralité et scripturalité dans les médias numériques ? Observe-t-on des incidences significatives sur la langue des médias des contraintes posées par les nouveaux objets techniques et leur sémiographie (telles qu’« écrire avec les pouces », « tweeter » en 140 caractères ou tout simplement retravailler les énoncés de flux d’information de plus en plus rapides…) ? De quelle manière les médias francophones parlent-ils des nouvelles technologies numériques, et plus généralement des divers développements technologiques, et des évolutions linguistiques que les unes et les autres peuvent induire ? (Clair Antoine Verrier)

..... Sémiographie : communiquer avec les cartes...

....En quoi la différence des supports et leur interconnexion
affectent-elles le français parlé ? Dans quelle mesure peut-on parler
d'un« brouillage » des frontières entre oralité et scripturalité dans
les médias numériques ?Observe-t-on des incidences significatives sur la
langue des médias des contraintes posées par les nouveaux objets
techniques et leur sémiographie (telles qu'« écrire avec les pouces », «
tweeter » en 140 caractères ou tout simplement retravailler les énoncés
de flux d'information de plus en plus rapides...) ?De quelle manière les
médias francophones parlent-ils des nouvelles technologies numériques,
et plus généralement des divers développements technologiques, et des
évolutions linguistiques que les unes et les autres peuvent induire ?

...Inscrite dans un espace-plan à coordonnées cartésiennes (latitudes/ longitudes), la carte (fig. 2) figure linéaments et hachures avec grande minutie et se pose en représentation indiscutable du référent «île Lincoln», aussi avéré que Malte. Selon les catégories de Charles Sanders Peirce (1978), reprises par Martine Joly (1994), considérons cette carte comme une image (ressemblance formelle, qualitative): le figuré des forêts imite une vue des frondaisons et toute légende des formes naturelles devient superflue, d’autant plus que leur toponymie verbalisée est évocatrice. De même, les linéaments des figurés représentant ses côtes, son hydrographie sont isomorphes de leur tracé effectif, «vu d’en haut». Mais une perception d’ensemble de la carte active l’image d’un squale menaçant, gueule ouverte (métaphore). L’analogie carte/île Lincoln est aussi diagramme. Il y a commensurabilité (rapport numérique) entre les distances et les positions, à vol d’oiseau, des lieux de l’île et celles des figurés qui les représentent sur la carte. Tout comme l’écartement des hachures figurant le relief est inversement proportionnel aux pentes. C’est cette dimension analogique qui donne à la carte sa pertinence d’outil d’aménagement. Offrant la même sémiographie que les autres cartes des Voyages extraordinaires, connues des lecteurs, elle acquiert une même véracité et, partant, une véridicité romanesque.

...Histoire-sémiographie-métamorphose des écritures...

... notamment à propos de la notion d'erreur et, par conséquent, de la sémiographie à utiliser dans ces cas-là...

...Les Grecs, par exemple, pratiquaient déjà sous le nom de sémiographie une écriture abréviative .

D'un point de vue linguistique, ce dont je suis en train de parler relève de la
sémiographie (étymologiquement, l'écriture des signes). Ce n'est pas un mot de plus
pour désigner au choix l'orthographe ou l'écriture ; cela signifie « la représentation
graphique du sens linguistique » (Fayol & Jaffré 2008 p. 94). Autrement dit, il ne faut
jamais oublier que la fonction essentielle de tout système d'écriture est de permettre
une lecture aussi rapide que possible, c'est-à-dire de faciliter l'interprétation des mots
et de leur sens, seuls ou en combinaison. On peut envisager de modifier une
écriture, de la réformer ou de la simplifier, mais à condition de ne pas entamer son
efficacité sémiographique. Les mots ont une forme, nécessairement convenue, qui
pointe sur un sens, souvent ambigu, qui nécessite une interprétation en contexte. Ils
ont ainsi une image, qui fait qu'un éléfant ne serait pas forcément perçu comme
ayant la même démarche de pachyderme qu'un éléphant, ou qu'ortograf risquerait
d'être dépourvu de ce qui fait son sel, même si le français est bien la seule langue
latine à y mettre deux h. Ils ne sont pas pour autant inutiles : ils traduisent
sémiographiquement que l'écriture du français est bien plus compliquée qu'en italien
ou en espagnol, et que cette complexité sert à autre chose qu'à seulement faciliter la
lecture et/ou l'écriture. (Daniel Luzzati)
------
.... afin de mieux rendre compte de la dimension cryptique de ...

-----------
Sémiologie, sémiotique, sémiographie

Discipline qui étudie les conditions dans lesquelles des signes produisent du sens. Un signe peut être un événement, un texte, un dessin, un objet, un bâtiment, un graphisme ...

... .... ....  par des chercheurs experts ou novices,  dans les champs des Sciences du langage et de la ....  dans l’organisation structurelle des textes, les articles .... se rapprochant majoritairement du  « texte d’....  » plus que d’un .... ..... ... une succession de paragraphes relativement longs, ils n’exploitent pas ou peu la ... et appellent donc de la part   du lecteur davantage d’... dans  la structure du texte.















 
Afficher la suite de cette page