le cinéma-poussière        
             
  - Origine :          
             
  Le premier travail connu de ce collectif date de 2001. Il s'agit des  chronogriffes,
exercices en forme d'étude sur le mouvement.
   
           
  C'est de ces boucles que s'échappent bientôt  les leçons du fantassin.
Des centaines d'ouvrages ; dictionnaires, revues médicales ou militaires... sont remplis de dessins  "qui n'attendent que d'être remis en mouvement".  D'innombrables planches sont ainsi scannées puis animées.
   
             
  - Une traversée du disert :          
             
  Après un silence de quelques années, on pressent pendant un temps la sortie imminente d'un film d'animation plus traditionnel :  axiles.
Mais ce projet - entièrement dessiné par leur soin - s'éloigne trop des premières visées du cinéma-poussière. Les dissensions et l'incompréhension croissante entre les différents leaders éclatent . Le film sera finalement détruit, nulle trace n'en subsiste hormis un trailer.
   
             
  - Une mise au point :          
             
  Suite à cette période de flottement, les membres d'origine  refusent l'ajout de "création" et retournent à la collecte d'image, réduisant l'intervention au "strict nécessaire". Ce qui semble n'être qu'un retour au source (appropriation du travail d'autrui, encodage et lecture) fait néanmoins office de virage radical avec la série  [digest]. Via l'internet, des millions de fichiers  font désormais partie du matériau collectable et c'est des films entiers qui entrent dans le domaine du manipulable.    
             
  Cette logique de captation et de collision d'images sera poursuivie - jusqu'à ce jour - dans la  battle.
Initialement prévu pour ne confronter que deux films au sein d'une unique vidéo, cet opus dégénéra fatalement en champs de bataille.

 
     
           
 

 Prochainement : " extract " 

     
             
  - Destin :          
             
  [ à suivre ] La diffusion de ces travaux reste problématique.